Coronavirus ; quand les résultats ne sont pas approuvés par des revues scientifiques

0
248
Coronavirus

Plus de 30 études sont en cours en France – sur un total de 860 dans le monde – à la recherche de médicaments pour traiter la maladie COVID-19 qui balaie le monde, a déclaré dimanche l’infectiologie Florence Ader.

La recherche est «extrêmement active» en France, impliquant quelque 1 600 patients, a déclaré M. Ader lors d’une conférence de presse.

Bien que l’étude du professeur marseillais Didier Raoult sur la chloroquine, un médicament antipaludique, ait fait la une des journaux, ce n’est qu’une des 30 études et essais cliniques en cours.

Parmi les autres médicaments testés figurent ceux actuellement utilisés pour traiter Ebola, l’hépatite et le sida.

Ader dirige une étude baptisée Discovery en collaboration avec plusieurs autres pays européens, avec des chercheurs effectuant des essais cliniques de quatre traitements potentiels, dont l’hydroxychloroquine controversée.

Sur quelque 3 200 patients en Europe faisant l’objet d’essais cliniques, au moins 800 se trouvent en France. Tous sont hospitalisés et gravement malades avec COVID-19.

Dans le monde, quelque 150 projets visent à développer un vaccin contre le nouveau coronavirus. Le prestigieux Institut Pasteur de France réalisera des essais sur l’homme d’ici cet été, a déclaré Ader.

Peur d’une deuxième vague en France

Actuellement, 150 000 tests de dépistage de Coronavirus sont effectués par semaine en France.

Une étude publiée par l’Institut Pasteur le 21 avril rapporte que 6% des personnes vivant en France sont susceptibles d’être infectées par le coronavirus d’ici le 11 mai lorsque les mesures de verrouillage seront levées.

Pas assez de Français n’auront eu Covid-19 par un assouplissement pour éviter la deuxième vague.

Ce niveau [6%] d’immunité est largement inférieur au niveau d’immunité requis pour éviter une deuxième vague d’infections si toutes les mesures de confinement doivent être levées, prévient les chercheurs de l’Institut Pasteur, CNRS, INSERM qui ont travaillé en collaboration avec l’Organisme National de Santé (Santé Publique France).

Les chercheurs ont ajouté que les mesures de verrouillage totales mises en place ont réussi à réduire la propagation du coronavirus de 84%.

Ils estiment que 70% de la population en France doivent être vaccinés contre le coronavirus pour éviter une deuxième vague d’infection tant redoutée. Les chercheurs ont ajouté que des efforts très importants devront être mis en place après le 11 mai pour éviter une poussée de l’épidémie.

Les scientifiques ont également établi que la région parisienne restera l’épicentre du coronavirus en France avec 12,3% des cas infectés.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé la distribution gratuite de 500 000 masques d’ici fin avril. Elle espère qu’un total de 2 millions de masques sera distribué dans la capitale. Le gel hydro alcoolique sera distribué gratuitement dans les lieux publics.

Le groupe sanguin et le risque d’attraper le coronavirus

Est-ce que votre groupe sanguin vous rend plus ou moins susceptible de contracter la COVID-19 ? Une étude à ce sujet sème la confusion !

Cela dit, l’idée de s’intéresser aux groupes sanguins des patients atteints du nouveau Coronavirus ne sort pas de nulle part. L’allié entre le virus du SARS et sa prévalence dans certains groupes sanguins ont déjà été démontrés dans la littérature médicale.

Cette étude avait conclut que les individus du type sanguin O ont une sensibilité réduite à l’infection par le SARS. Mais malgré l’apparenté entre le SARS et le Coronavirus, il faudra absolument attendre la validation des résultats s’appliquant au Coronavirus actuel avant d’affirmer quoi que ce soit sur son impact sur les différents groupes sanguins.

Une étude réalisée par un groupe de chercheurs chinois a porté sur une cohorte de 2173 individus ayant contracté le coronavirus dans les villes les plus touchées en Chine.

En collectant des données sur leurs groupes sanguins, et en les comparant avec les types sanguins dans la population en générale, les chercheurs ont constaté chez les personnes infectés une surreprésentation des patients de groupe sanguin A ;  et à l’inverse, une meilleure réponse immunitaire des patients du groupe sanguin O.

Jusqu’à maintenant, ces informations se sont bien répandues dans le monde entier. Cependant, attendez un peu avant de vous inquiétez ou de vous réjouir car certaines choses doivent être soulignées.

D’abord, cette étude n’a pas été évaluée d’une façon indépendante par des pairs. Elle n’a donc pas reçu le feu vert pour une publication dans une revue scientifique. En plus, il y a beaucoup de zones grises dans cette étude ; beaucoup de facteurs, autres que le type sanguin, ne semblent pas avoir été pris en considération et peuvent néanmoins avoir des impacts sur l’interprétation des résultats.

Attendons alors que ces résultats passent toutes les étapes de validation nécessaires avant d’en faire une réalité scientifique !

L’ibuprofène aggrave-t-il les symptômes chez les personnes atteintes de COVID-19?

Le nouveau coronavirus n’est que – nouveau – ce qui signifie que nous apprenons toujours quels traitements fonctionnent et lesquels ne fonctionnent pas.

Prenez l’ibuprofène, par exemple. La crainte que le médicament, un analgésique très courant, ne puisse aggraver les résultats pour les personnes atteintes de la maladie s’est propagée en ligne tout au long du mois de mars.

L’idée semble avoir commencé en France, où le ministre de la Santé du pays a partagé sur les médias sociaux que l’ibuprofène pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection.

Le manque de clarté a permis à la désinformation de se répandre, y compris de faux messages largement diffusés sur Facebook et via SMS, dont l’un affirme que “mon ami qui est infirmier au Hôpitaux Universitaires Pitié Salpêtrière – Charles Foix a déclaré que l’ibuprofène aggrave le virus 10 fois’’.

De faux messages sur l’ibuprofène ont été largement diffusés sur les réseaux sociaux. Un porte-parole de Vancouver Coastal Health, qui dirige le Vancouver General Hospital (VGH) au Canada, a déclaré qu’aucun avis n’avait été émis  à cet effet.

Le Dr Saunders a déclaré qu’il y avait une discussion en cours entre experts sur la question de savoir si les médicaments anti-inflammatoires, tels que l’ibuprofène, entravent d’une manière ou d’une autre la réponse du corps à l’infection.

Mais c’est une discussion théorique, et un autre médecin, Dr Short, a déclaré qu’il n’y avait pas de données expérimentales claires montrant qu’il joue un rôle dans COVID-19.

Le Dr Short a souligné que pour gérer la fièvre – un symptôme courant de COVID-19 – le paracétamol est de toute façon meilleur.

Il est très difficile d’envisager que le risque de contracter un coronavirus l’emporte sur le risque de ne pas prendre certains de ces médicaments très importants pour, par exemple, les arthroses ou les maladies auto-immunes. Alors, pour ceux qui prennent des médicaments anti-inflammatoires, parlez-en à votre médecin avant de changer vos médicaments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici