La dexamethasone, s’agit-il du stéroïde élu pour combattre le Covid-19 ?

0
55

Dans la foulée des données montrant que la dexaméthasone stéroïde, bon marché et vieille de plusieurs décennies, peut réduire les décès liés au COVID-19 chez les patients hospitalisés nécessitant de l’oxygène, le gouvernement du Royaume-Uni a accordé une approbation mondiale après l’avoir testé sur les patients souffrant de problèmes de respiration au Royaume-Uni.

Chez les patients COVID-19 hospitalisés et nécessitant de l’oxygène, y compris ceux sous respirateurs, la dexamethasone   a été administrée quelques heures après que la recherche financée par le gouvernement a prouvé que le médicament réduisait le risque de décès de 35% pour les patients sous ventilateurs et de 20% pour ceux qui reçoivent de l’oxygène. Le médicament a réduit la mortalité à 28 jours de 17% dans la grande étude.

Entre échec et recherche, y a-t-il un autre vaccin contre le covid-19 ?

Surnommée Recovery, l’étude a été le premier test au monde à montrer qu’un traitement peut réduire considérablement les décès dus au COVID-19.

Auparavant, une étude américaine avait démontré un temps de récupération plus court pour le remdesivir de Gilead Sciences, mais le médicament n’a pas encore prouvé qu’il peut aider les patients à survivre à la maladie.

D’autres recherches n’ont pas si bien fonctionné; plusieurs centres de recherche ont retiré leur autorisation d’urgence pour la chloroquine et l’hydroxychloroquine après que les études n’ont pas confirmé l’enthousiasme précoce pour les médicaments.

Au niveau national, l’institut pasteur a annoncé que la recherche sur un nouveau vaccin contre le covid-19 est en cours, et que ce vaccin est prévu pour mi 2021.

AstraZeneca ; quand le malheur des uns fait le bonheur des autres !

La France est l’un des quatre pays de l’UE à signer un accord pour les vaccins AstraZeneca Covid. Le vaccin sera disponible fin 2020 si les essais en cours s’avèrent concluants.

La France, l’Italie, l’Allemagne et les Pays-Bas ont tous signé ce week-end une précommande avec la société pharmaceutique britannique AstraZeneca pour des millions de vaccins Covid.

Une déclaration de la société en ligne indiquait: «AstraZeneca a conclu un accord avec l’Alliance pour les vaccins inclusifs d’Europe,  pour fournir jusqu’à 400 millions de doses du vaccin Covid-19 de l’Université d’Oxford, avec des livraisons commençant d’ici la fin de 2020.»

Le ministre français de la Santé, Olivier Veran, aurait déclaré que de nouvelles négociations avec d’autres laboratoires pourraient être envisagées, pour réduire la dépendance à l’égard d’un seul projet.

Olivier Nataf, président d’AstraZeneca France, a déclaré dimanche: “Le vaccin est basé sur une transmission virale”, et a ajouté: “Nous prenons un virus inactif et changeons son code génétique afin d’insérer un code génétique qui lui permettra de produire une protéine de coronavirus. En produisant cette protéine, le patient développera une réponse immunitaire contre Covid-19. »

L’Inserm, un laboratoire d’essais français, pilote un projet de test nommé Spike et Nataf a assuré que les premiers résultats des essais seraient publiés prochainement, avec des résultats possibles d’ici l’automne.

Il est à noter que le prix du vaccin est estimé très cher et que le laboratoire confirme la vente des vaccins à coûts élevés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici