Startup : Quel compte bancaire ouvrir ?

0
661

Pour entamer en bonne et due forme le développement de votre entreprise, vous devez considérer le compte bancaire adéquat. L’ouverture d’un compte en banque repose effectivement sur plusieurs facteurs majeurs.

Le choix du compte bancaire dépend du statut de votre entreprise. Pour savoir le type de compte qui vous convient, vous devez prendre en considération les avantages qu’il vous procure. Nous avons testé pour vous le meilleur compte de banque pour startup.  

Un compte pro : une bonne initiative

Pour garantir le développement de vos activités, vous devez systématiquement organiser la comptabilité de votre entreprise. Séparer le compte professionnel du compte privé est la meilleure approche pour contrôler vos gains. De plus, vous pouvez actuellement ouvrir un compte professionnel en ligne.

Un compte pro offre des privilèges spécifiques qui facilitent les transactions  professionnelles au sein de l’entreprise.

La nécessité d’un compte pro en fonction de votre statut

L’ouverture d’un compte professionnel est fortement recommandée pour chaque entreprise, tant aux PME qu’aux grandes sociétés. Mais aucune loi n’oblige un entrepreneur indépendant à ouvrir ce type de compte bancaire.

Vous devez savoir que l’obligation d’ouvrir un compte bancaire professionnel dépend principalement du statut de votre entreprise. D’un côté, il y a les EI, les microentreprises et les EIRL. D’autre part, il a les sociétés (SAS, EURL, SA, SARL, etc.).  

Développement d’une entreprise individuelle

Si votre startup est une entreprise individuelle, l’ouverture d’un compte pro est facultative. Le 22 mai 2019, on a mis en vigueur la loi PACTE.

Cette disposition législative stipule qu’une entreprise qui possède un chiffre d’affaires de 10 000 € ou plus, en 2 années consécutives, doit posséder au minimum deux comptes. Ces règles ne mentionnent pas qu’il doit s’agir d’un compte pro.

Il s’agit effectivement d’un second compte personnel dédié à vos activités professionnelles. C’est dire qu’il n’offre pas les avantages d’un vrai compte bancaire pro.

Création d’une société

Si l’établissement de votre startup a pour but de créer une société, vous êtes dans l’obligation d’ouvrir un compte professionnel. Contrairement à une entreprise individuelle, une société doit disposer d’un fonds minimum pour affirmer sa solvabilité et garantir sa solidité.

L’ouverture de ce type de compte sert également à accorder l’immatriculation de votre société. Si vous négligez cette étape, vous ne pouvez pas déposer votre capital au sein d’une banque, donc votre société est considérée comme n’ayant jamais existé.

Comment ouvrir un compte professionnel ?

L’ouverture d’un compte professionnel ne requiert pas de démarches complexes. Elle se fait en seulement en 3 grandes étapes à savoir :

  • Le choix d’une banque
  • La ratification de la convention de compte
  • La remise des pièces justificatives

Choisir la bonne banque

Devrez-vous opter pour une banque traditionnelle ou une banque en ligne ? Actuellement, l’utilisation d’Internet facilite largement les transactions bancaires. Les banques classiques offrent effectivement des services d’ouverture de compte pro pour les startups, mais les frais doivent être pris en compte.

 Nous vous conseillons donc d’ouvrir un compte professionnel en ligne pour simplifier les démarches et bénéficier d’une tarification abordable.

La convention de compte

La signature de la convention de compte est un acte obligatoire pour ouvrir un compte pro. Il s’agit effectivement d’un document qui présente toutes les clauses du contrat. Dans cet acte, figure :

  • La grille tarifaire des transactions ;
  • La durée de vie du compte, les recours juridiques, etc. ;
  • Les informations sur les contractants (la banque, les bénéficiaires, etc.).

Les pièces justificatives

Vous devez également fournir les pièces justificatives suivantes :

  • Une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport) ;
  • Une immatriculation au registre du commerce et des sociétés (pour un entrepreneur individuel qui emploie plus de 10 salariés) ;
  • Une immatriculation au répertoire des métiers (pour un entrepreneur individuel qui emploie moins de 10 salariés) ;
  • Un numéro SIREN et un code APE (pour les professions libérales) ;     
  • Un justificatif d’usage d’un local professionnel (bail commercial).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici