Le coronavirus en France ; dernières actualités, débats du port du masque

0
846

Ce mardi 28 avril, 171 décès ont été enregistrés dans les hôpitaux (contre 295 hier) en 24 heures, et 196 décès dans les centres médico-sociaux pour un total de 367 décès en France en 24 heures.

En France, 27 484 personnes seraient à l’hôpital, 4 387 personnes seraient en unités de surveillance (4 608 hier), soit 221 personnes de moins, y compris les départs. Un nombre décroissant pour le 20e jour consécutif.

Quelles sont les régions les plus impactées par le coronavirus en France ?

C’est actuellement l’Ile-de-France qui compte le plus de personnes hospitalisées (11 349), le plus de décès (5 787) et 1 748 personnes en réanimation (1859 hier), suivie de Grand-Est avec 4 170 personnes hospitalisées et 2 799 décès. Parmi les régions françaises les plus impactées, nous comptons également Auvergne-Rhône-Alpes avec 2 610 personnes hospitalisées et 1 275 décès, Hauts-de-France avec 2 382 personnes hospitalisées et 1 330 décès, Provence-Alpes Côte d’Azur avec 1 666 personnes hospitalisées et 656 décès, Bourgogne avec 1 199 personnes hospitalisées et 819 décès, et enfin et surtout, l’Occitanie avec 703 personnes hospitalisées et 380 décès.

Quel est le plan de déconfinement proposé ?

Ce 28 avril, Edouard Philippe a présenté le plan de déconfinement du gouvernement à l’Assemblée nationale. Dans son discours, le Premier ministre a déclaré que les masques faciaux seront obligatoires dans les transports en commun à partir du 11 mai. Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a déclaré qu’il y aura même des sanctions si vous n’avez pas de masque en public.

Le Premier ministre a indiqué que les masques seront également obligatoires dans les taxis et les locations privées sans protection en plexiglas.

Les masques seront-ils mis à la disposition de tous les français ?

Alors que le déconfinement devrait commencer le 11 mai 2020, la présidente d’Ile-de-France Valérie Pécresse annonce que deux millions de masques faciaux seront remis gratuitement aux voyageurs en train d’Ile-de-France.

Le port de masques faciaux est ce qui protège surtout dans les espaces fermés comme les transports en commun dans lesquels, par définition, il sera difficile de respecter les distanciations sociales.

Un souhait également partagé par la maire de Paris Anne Hidalgo et le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou qui semble avoir été entendu. A l’issue de la rencontre du 23 avril avec le président Emmanuel Macron et les maires, l’Elysée annonce que “les masques seront probablement obligatoires” dans les transports en commun à partir du 11 mars.

Valérie Pécresse veut remporter le débat du masque

Mais une question surgit, d’où pourraient provenir ces masques à porter en public? Dans une interview accordée au Parisien le 26 avril dernier, Valérie Pécresse nous en dit plus et annonce que deux millions de masques seront remis aux usagers des trains franciliens. Puisque l’État ne semble pas prêt à donner des masques, nous le ferons … Je suis pragmatique. Et nous voulons que l’activité reprenne car, derrière la crise sanitaire, il y a une crise économique et sociale extrêmement sévère”, explique-t-elle.

“Premièrement, ce ne sera que dans les premières semaines, juste pour donner le temps aux employeurs de prendre le relais. Pour ce faire, nous leur avons confié notre centrale d’achat. Il y a déjà 2 000 commandes passées pour un total de 9 millions de masques faciaux réservés

 ‘’J’ai également commandé plus de 2 millions de masques en tissu, un pour chaque abonné Navigo et nous comptons sur les opérateurs pour nous aider à les donner “, déclare la présidente de la région Ile-de-France avant d’ajouter que” pour tous ceux qui iront travailler le 11 mai, le masque sera prioritaire “.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici